En cette année 2018, parallèlement à l’anniversaire des 40 ans de l’Association culturelle d’Aigueperse et ses environs (ACAE), Sparsae, sa revue, fête ses 35 ans d’existence.

Dans son 82ème numéro daté de septembre 2018, au sommaire quatre sujets principaux touchant les communes d’Aigueperse, Aubiat, Bussières-et-Pruns, Effiat, Aigueperse, mais aussi Riom et Volvic.

Le général Beker.

Henri de Bonnevie de Pogniat et Daniel de Saint-André suivent la longue carrière du lieutenant-général Beker comte de Mons (Aubiat). Il épousa en 1800 Françoise Desaix, sœur du célèbre général d’Empire. Il fut le dernier officier supérieur à accompagner Napoléon sur la route de l’exil en 1815. Ce général du Premier Empire finit ses jours dans son château de Mons, sur la commune d’Aubiat, dont on devine les bâtiments et ceux de la ferme, depuis la route d’Aigueperse à Riom.

Jacques Corrocher aborde la question des changeurs d’Aigueperse, des hommes d’affaires, mi-commerçants, mi-banquiers, qui assuraient le change des monnaies émises au Moyen Âge par nombre d’autorités : les rois, bien sûr, certains comtes ou évêques, quelques grandes abbayes…

Christophe Levadoux revisite et éclaire d’un jour nouveau le thème du Roland Furieux traité par un ensemble de toiles aujourd’hui au musée d’Art Roger-Quilliot de Clermont-Ferrand et qui décoraient la salle des maréchaux au premier étage du château d’Effiat.

Cathédrale St-François de Santa Fé (Etats-Unis).

Michel Debatisse conclut l’histoire de Pierre Éguillon (1820-1892), originaire de Bussières-et-Pruns, vicaire général du tout nouveau diocèse de Santa Fé au Nouveau Mexique (au sud-ouest des Etats-Unis). Son évêque, Mgr. Jean-Baptiste Lamy, également Puydômois, le chargea de l’administration de la construction de l’actuelle cathédrale Saint-François de Santa Fé.

Éguillon coordonna le recrutement des architectes, entrepreneurs, maçons… Comme il fallait de bons tailleurs de pierre, une profession alors inconnue dans la région, plusieurs furent trouvés près de Bussières, son village d’origine, dans les carrières de Volvic. Il fit aussi appel à un atelier clermontois pour la réalisation des vitraux. Ceux-ci sont, aujourd’hui encore, en place dans cette belle cathédrale récemment rénovée.

Une carrière de pierre de Volvic (d’après une carte postale ancienne).

Dans son article, Claire Agbessi s’est justement penchée sur ce sujet des Riomois et des Volvicois, prêtres, séminaristes, maçons, architectes, etc. partis en cette seconde moitié du XIXe siècle dans ces territoires du Sud-Ouest des États-Unis. Certains s’y installèrent même définitivement.

Les adhérents de l’ACAE recevront leur revue ainsi que leur bulletin de liaison (Sparsae-Infos, 12 pages), par voie postale.

On peut également se procurer les revues Sparsae lors des permanences de l’Association (1er samedi du mois*, 10h-12h) ou dans les librairies et maisons de presse de la région d’Aigueperse (14€).

* A partir d’octobre  seulement pour le Sparsae n°82.

Elles peuvent être également commandées par courrier ou courriel, moyennant règlement des frais d’expédition – voir détails et conditions sur le site de l’ACAE à :

  http://www.sparsae.fr/commande-de-revues-sparsae/