Une partie de la salle Marcel Paradis lors de la permanence de l’ACAE, samedi 1er septembre 2018.

Samedi 1er septembre, l’Association culturelle d’Aigueperse et ses environs (ACAE) a repris le rythme de ses permanences mensuelles qui se tiennent au local de l’Association, 140bis Grande rue à Aigueperse, 1er étage, salle Marcel Paradis (voir calendrier sur ce site).

Ces réunions, ouvertes à tous, adhérents ou non de l’Association, sont un lieu d’échanges autour des thèmes d’intérêt des présents ou des découvertes récemment faites dans les domaines de l’histoire et du patrimoine des communes de la région d’Aigueperse.

Ambulance américaine (1917) – sans doute une Ford T aménagée.

L’HÔPITAL MILITAIRE D’AIGUEPERSE PENDANT LA GRANDE GUERRE

Ces échanges tournent souvent autour de documents anciens (vieux papiers, photos anciennes, cartes postales, etc.) apportés pour l’occasion. Chercheurs amateurs ou universitaires y partagent aussi et y complètent leurs connaissances sur l’histoire locale.

Parmi les thèmes sur lesquels plusieurs adhérents travaillent actuellement, on note celui de l’hôpital militaire d’Aigueperse pendant la Première Guerre mondiale et celui du retour des Poilus dans leurs familles après la signature de l’Armistice. Lors de la réunion du 1er septembre, une très intéressante documentation concernant cet hôpital n°17 d’Aigueperse fut présentée par Catherine Crochet et transmise à l’Association en vue d’une communication future.

LES ECOLES DU CANTON D’AIGUEPERSE (laïques ou confessionnelles) ENTRE 1870 ET 1920

L’école publique d’Ennezat (détail d’une carte postale ancienne).

Autre sujet, un appel vient d’être lancé par l’ACAE pour tous documents témoignant de la création et de la vie des premières écoles du canton – écoles laïques et écoles confessionnelles – sur la période 1870-1920.

(voir l’article « avis de recherche » sur ce site).

LES ANCIENS ATELIERS BÉRIOUX

L’atelier Bérioux d’Aigueperse.

Ces sujets et bien d’autres, comme celui des Ateliers Bérioux d’Aigueperse et de Clermont pour les carrosseries de voitures ou celui des artisans couvreurs d’autrefois, y sont abordés, car, là aussi, les traces de leur existence tendent à disparaitre trop rapidement.

Autres thèmes en cours de recherche, certains très avancés, d’autres envisagés seulement : le retour des Poilus de la Grande Guerre, les aubergistes/voituriers d’Aigueperse, les artisans couvreurs, les scouts d’Aigueperse, le cimetière d’Aigueperse, les douves des anciens remparts d’Aigueperse, etc.

Il existe sans doute encore, dans les familles, des archives administratives, des photos, des lettres, des publicités ou des cahiers qui témoignent de ces activités. L’ACAE les scanne et les retourne à leurs propriétaires, ou, si ces derniers le souhaitent, elle les archive.

Parmi les documents confiés à l’ACAE lors de cette réunion du 1er septembre et pendant les semaines d’été, pour être conservés dans ses archives, on note une belle photo par Louis Durey d’un groupe de conscrits de l’entre deux-guerres (classe 33), une enquête agricole de l’Allier et du Puy-de-Dôme, publiée par l’Imprimerie impériale, datant de 1858, une photo de classe de Thuret datant de 1905 ainsi que plusieurs livres de prix d’écoles aiguepersoises de la fin du XIXe s.

Selon les résultats de ses appels à ces traces du passé, l’ACAE espère pouvoir les refléter dans les pages de sa revue, Sparsae.

PROCHAINE PERMANENCE :

Samedi 6 octobre 2018 – 10h-12h

Texte : M. Debatisse ; illustrations : Sparsae