Chers amis, chers adhérents,

Le confinement se poursuit et les mesures programmées pour en sortir nous obligent à décliner encore d’autres rendez-vous associatifs. Ainsi, les permanences mensuelles de mai et de juin n’auront pas lieu. J’espère que nous pourrons tout de même nous retrouver pour celle du samedi 3 juillet, quitte à s’installer dans la salle Jeanne d’Arc, avec les distances de sécurité voulues et éventuellement masques, gants, pour ceux qui le souhaiteraient.

Les cérémonies prévues en juin pour le 220ème anniversaire de la mort du général Desaix sont annulées. La venue du Prince de Monaco à Effiat, à laquelle l’association était liée, sera probablement suspendue ou devra se dérouler en visite privée.

Nous maintenons les manifestations de septembre en attendant plus d’informations : à savoir le colloque sur les plafonds peints, la conférence à reprogrammer de M. Rousseau et la sortie « gauloise » à Corent et Gergovie.

Les groupes de recherche sont à l’arrêt, malgré de belles et prometteuses sorties de la fin de l’hiver. L’une a permis de préciser le passage sur la Sioule de la grande voie antique Clermont-Bourges, avec une très agréable randonnée sur les flancs de l’oppidum de Bègues. L’autre sortie études, a porté sur les remparts d’Aigueperse, avec un repérage sur le quart nord-est de la cité, de la porte Saint-Nicolas à celle des Oules, avec plein de questions de détail auxquelles le groupe tentera de répondre.

Le potentiel de recherches et la dynamique de nos chercheurs sont donc toujours présents, il nous reste qu’à attendre des temps meilleurs.

L’Association reste cependant active avec les chroniques d’histoire relayées sur notre site internet et toujours des échanges avec des chercheurs et  aussi d’anciennes familles qui, en nous posant des questions, nous  apportent aussi des documents (cf. photo ci-dessous de la Grande rue, très récemment transmise par la famille Collangettes).

Façades de la Grande rue (c. 1900).

La revue Sparsae n° 85, comme vous le savez n’a pas été distribuée du fait du confinement, elle le sera à la mi-mai.

J’espère que vous vous portez tous très bien et que cette annonce, même progressive, du déconfinement, vous rassure sur la reprise de relations sociales que le téléphone et l’internet ne suffissent pas à remplacer.

Amitiés et, comme disait le père Jouhannet* à la fin de son émission de l’ancienne Radio Auvergne : « Ménagez vous ! »

Olivier Paradis

* Cela ne nous rajeunit pas !