Bien chers adhérents,
Lors de mon message de mars dernier, j’exprimais cet espoir que la pandémie qui nous frappait, n’était qu’une mauvaise période à passer et que tous nos projets d’activités et d’animations ne seraient que repoussés. 
Malheureusement, l’impact du virus sur notre région se fait de plus en plus sentir. L’échéance doit encore être repoussée. À l’imitation des grandes mortalités de l’époque médiévale, la peste COVID tient bon et touche de plus en plus notre proche entourage. Nous allons encore devoir connaître de longs mois avant de revenir à une situation proche de ce que nous connaissions avant.
L’impact sur la vie de notre Association est fort. Nous n’avons plus nos conférences, nos expositions, nos retrouvailles près du stand Sparsae au marché de Noël. Seules des sorties de recherche, en petit nombre toutefois, ont pu avoir lieu. Nous avons également tenté une sympathique ballade historique le mois dernier. Notre revue Sparsae, notre lettre d’information et notre site internet restent les liens principaux entre nous.

Un programme 2021 pour l’instant en pointillés

Ce véritable malheur qui frappe notre société, en plus des inacceptables attentats islamistes, nous oblige à surseoir, voire à annuler peu à peu nos manifestations.
En projet : exposition du 31 mars au 15 mai 2021
Le manque total de visibilité pour les prochains mois, nous contraint à ne pas envisager, pour l’instant, un programme complet d’activités pour l’année 2021. Les prochains numéros de notre revue seront distribués et nous ferons tout notre possible pour maintenir des projets comme l’exposition sur les plafonds peints médiévaux en avril et mai, ou les réunions de recherche par petits groupes. La programmation de conférences et la tenue de la Bourse aux collections le 2 mai ne peuvent être envisagées qu’avec beaucoup de réserves. Leur communication est prête à être disséminée mais il nous faut désormais attendre.
L’avenir est plutôt sombre mais nous devons rester stoïques, à l’image de notre compatriote Michel de L’Hospital dont la devise était « Impavidum », inébranlable au milieu des ruines qui s’écroulent.
Rappelons-nous aussi cette belle devise de notre autre compatriote, le connétable Charles de Bourbon, devise que l’on retrouve à la Sainte-Chapelle des Montpensier de Champigny-sur-Veude et sur un vitrail de la cathédrale de Metz : « ESPÉRANCE ».
Portez-vous bien. Merci de votre soutien.
Avec toute mon amitié.
Olivier Paradis
Jeudi 5 novembre 2020