PENDANT LES GUERRES DE LA LIGUE (1589-1592) (suite)

Le château de VENSAT fut surpris par le Capitaine CHANOT et tomba aux mains des ligueurs. AIGUEPERSE demanda du secours aux Seigneurs voisins pour reprendre ce fort. Aussitôt Messieurs de CHAPPES, de SAINT HYLAIRE, de BRISSAC, de BRAGUES et autres Capitaines vinrent avec 600 hommes pour aider les habitants d’AIGUEPERSE. Le château fut surpris ; cette expédition coûta 1200 livres à la ville …..

PRISE D’AIGUEPERSE PAR LE DUC DE NEMOURS, CHEF DE LA LIGUE.

En ce temps là, arrivait en Auvergne à la tête d’une grosse armée un des plus fameux chefs de la Ligue qui aspirait, dit-on, au royaume de France, Charles Emmanuel 1er de SAVOIE, ….

REPRISE D’AIGUEPERSE PAR CHARLES DE VALOIS, ROYALISTE.

La ville ne fut délivrée de l’oppression du duc de NEMOURS que pour tomber dans de nouveaux malheurs ….

Aigueperse, 1592Il ordonna aux habitants de lui fournir promptement 3.660 livres pour distribuer à ses soldats.

Les consuls ayant répondu que les habitants étaient dans l’impossibilité de fournir une telle somme, le comte fit arrêter sur le champ les principaux notables : Vincent DEGANS, Claude COUSIN, Martin AGIER, Jacques DANTHAN, Jacques CULHAT, les frères Olivier et Jacques JOBERT, Laurent MANTEIGE et les fit jeter en prison. La ville fut à nouveau pillée, et les meubles emportés à GANNAT, MARINGUES, CLERMONT.

Les prisonniers prièrent les consuls de bien vouloir lever sur tous les habitants leur rançon. Les consuls n’y consentirent qu’à condition qu’ils garantissent le corps commun des habitants, des sommes qu’ils paieraient pour eux (délibération du 1er février 1592).

LIBÉRATION DES PRISONNIERS.

Il délivra Martin AGIER pour gage de 400 livres à Monsieur de SAINT HYLAIRE – Jacques DANTHAN pour gage de 400 livres à Monsieur de LEVISTON, Maître de camp, gouverneur d’AIGUEPERSE – CULHAT et MANTEIGE pour gage de 60 livres au sieur de VILLEMIN …..

LES DETTES D’AIGUEPERSE.

La ville ravagée et pillée, fut plongée dans une extrême misère. Beaucoup de gens succombèrent, d’autres abandonnèrent leurs habitations, ….

puce rouge LES REMISES DE TAILLES.

Le roi Henri IV par lettres patentes du 4 février 1597 exempta les habitants du restant des tailles de 1589 à 1596 et créa 4 foires supplémentaires ….

Les sommes que devaient la ville d’AIGUEPERSE à ses créanciers étaient considérables ….

Conclusion : La ville d’AIGUEPERSE sortait très affaiblie de sa fidélité au Roi. Elle avait subi les exactions et violences des partis tant ligueurs que royalistes. Quarante années lui avaient été nécessaires pour régler ses dettes.

Lire la totalité :  Clic !

A. PERRIN


Source : “SPARSAE n° 11 – mars 1987” Association Culturelle d’Aigueperse


– www.sparsae.fr –